Je m'accepte pas, ma copine subit.

Quel âge avez-vous ?

Moins de 18 ans

18 ans ou plus

Anonyme Je m'accepte pas, ma copine subit. 13 05/11/14 à 00:25

Salut tout le monde. Désolé d'avance pour le pavé ^^
Voilà mon problème, je ne m'accepte pas. Je ne sais pas qui je suis vraiment, qui je veux donner l'impression d'être ou même qui j'ai été.
J'arrête pas de changer en fait, je suis beaucoup trop gentil, alors je morfle. Du coup je suis beaucoup trop méchant et c'est ma copine qui morfle parce-que j'ai personne d'autre, donc c'est la seule à qui je parle... et elle subit ça alors qu'elle a rien fait.
Plus je lui fais du mal, plus je culpabilise et plus je deviens gentil en montrant mes faiblesses. Plus je me sens faible, plus j'ai envie de m'affirmer et plus je deviens dur. Et c'est un cercle qui n'a pas de fin.
Elle ne me mérite vraiment pas, elle m'a déjà quitté (pour d'autres raisons, relation à distance et autres problèmes personnels) et je l'ai fais aussi. Mais je me suis toujours battu pour la récupérer, je ne peux pas vivre sans elle, littéralement. J'ai tenté de me suicider, mais j'ai pas eu le courage d'aller jusqu'au bout... tant mieux peut-être, ou pas... j'en sais rien. Pour moi ça ne fait que refléter le fait que je suis faible. Autant parce-que j'ai tenté que parce-que j'ai échoué. Et le fait que je suis seul, parce-qu'on est 6 à vivre dans cette maison, et si j'avais été jusqu'au bout, personne ne l'aurait su... je suis resté dans ma chambre toute la journée pour les "tester" et personne n'est venu voir si j'allais bien... ils n'ont même pas vu les marques de la corde sur mon cou qui étaient pourtant visibles pendant 3 jours.
Pourquoi je me sens si faible? Parce-que je suis complètement dépendant de ma copine. Parce-que personne dans ma famille ne m'estime à ma juste valeur. Parce-que personne ne me connaît et que j'ai été seul pendant toute ma vie... une des raisons pour laquelle je suis dépendant de ma copine. Cela dit je l'aime réellement et si je la perd, je préfère encore continuer à être seul que d'aller voir ailleurs. Je vis constamment dans la peur de la perdre.
En fait, au fur et à mesure que j'écris, je me rend compte que j'arrive pas à définir mon réel problème. Je pense que j'accepte pas mon côté faible. A une époque, je ne l'avais plus. J'avais quasi aucun point faible. Mais après j'ai connu l'amour et la peur de le perdre m'a rendu fragile. Je rêverais d'avoir les deux, l'amour et le sentiment de n'avoir aucun point faible.
Voilà, je sais pas ce que je cherche comme réponse... j'ai même pas de question. Il fallait juste que je me confie, à n'importe qui, mais pas à ma copine... je lui fais confiance et lui dis tout d'habitude, peut-être même que j'en dis trop, mais elle a déjà assez de soucis et il y a des choses qu'il ne vaut mieux pas qu'elle sache... je pense à la tentative de suicide par exemple. Et si elle venait à tomber sur ce topic... j'espère qu'elle me montrera que j'ai tort et qu'elle pourra m'aider...
Merci à ceux qui auront lu... et j'espère quand même recevoir des avis, parce-que je supporte plus de faire souffrir ceux que j'aime parce-que je ne m'aime pas...

Je m'accepte pas, ma copine subit. 1/13 05/11/2014 à 21:45
... Qui te demande d'être fort?
je veux dire, tu as ta personnalité et à priori, c'est pour ça qu'elle t'aime, non? Partant de ce principe, tu n'as pas à être plus "fort" psychologiquement ou quoi. Si tu souffres bah... Il va falloir réfléchir à ta vie, à ce qui ne va pas, ce que tu devrais changer.

J'ai l'impression que ce n'est pas vraiment mourir qui t'importait, c'était plutôt de voir si les autres allaient réagir et te montrer de l'affection. Mais bon, il y a d'autres moyens pour ça.
Tu as plusieurs frères et sœurs visiblement, je suppose que c'est pas facile de trouver sa place et de s'imposer, de se sentir exister quand les parents sont demandés de tous les côtés. S'ils n'ont pas remarqué ton absence et les marques, c'est peut être qu'ils sont occupés où qu'ils veulent te laisser de l'espace de liberté et que donc ils se sont simplement dit que tu étais entrain de faire on ne sait quoi dans ta chambre.
Peut être que vous manquez un peu de communication, que c'est pas leur point fort?

Toujours utile q'u'on a tous nos faiblesses et c'est pas parce que les contes de fée et les films d'action ont tendance à nous laisser entendre que les hommes sont dépourvus de sentiment de honte/peine/peur/faiblesse que c'est la vérité. Tous les mecs que je connais sont "faibles" à leur manière. Comme moi, comme tout le monde. C'est juste la vie.
J'pense que le problème, c'est pas ta relation avec ta copine, c'est plus ta vie en générale. Quand ça ira mieux d'un côté, ça s'arrangera de l'autre =).
Sora   
Je m'accepte pas, ma copine subit. 2/13 05/11/2014 à 22:27
je suis resté dans ma chambre toute la journée pour les "tester" et personne n'est venu voir si j'allais bien... ils n'ont même pas vu les marques de la corde sur mon cou qui étaient pourtant visibles pendant 3 jours.

Je pense que ton problème est là, c'est plus un appel au secours.

Peut être que tu devrais régler le problème n°1, c'est à dire ta solitude. Et être gentil n'est pas une faiblesse
Je m'accepte pas, ma copine subit. 3/13 05/11/2014 à 22:29
Tu accordes trop d'importance à autrui
Anonyme 
Je m'accepte pas, ma copine subit. 4/13 05/11/2014 à 23:41
J'ai l'impression que ce n'est pas vraiment mourir qui t'importait, c'était plutôt de voir si les autres allaient réagir et te montrer de l'affection.

En fait, j'étais déterminer à... je voulais le faire. Mais j'en ai pas eu le courage. C'est le lendemain que je me suis dis "dire que j'aurais pu être parti à cette heure ci, je me demande combien de temps il leur aurait fallu pour me trouver. Oh et puis autant vérifier." Cela dit, c'est vrai que j'ai l'impression d'être l'étranger de la famille alors je fais tout en secret et ils pouvaient certainement pas se douter de ce qui se passait.

Peut être que tu devrais régler le problème n°1, c'est à dire ta solitude.

J'en suis conscient, mais comment régler ce problème quand je suis éloigné de mes amis par une centaine de km et qu'on se voit rarement (même par internet), qu'à part mon frère, qui n'est là que certains week-end, personne dans la famille ne me parle plus de 2 min, que je suis dans un village perdu d'une centaine d'habitant (exclusivement des vieux ou des adultes disons... peu fréquentables) donc pour les rencontres dans ma région c'est un peu rappé. Et surtout, la seule personne qui ne me fait pas trop me sentir seul est justement éloignée de 400 km. Et je risque de la perdre à cause de mes conneries.

Enfin, merci pour vos avis, j'en prend bonne note.
Je m'accepte pas, ma copine subit. 5/13 06/11/2014 à 11:16
Tu as déjà essayé de crever l'abcès avec ta famille ? Quand on se sent exclu il vaut mieux le manifester, peut être qu'aucun membre de ta famille n'est conscient de la façon dont tu te sens.
Ensuite, je pense que ta copine te revalorise complètement, ce qui fait qu'évidemment tu ne peux pas t'en passer. Sentiments mis à part je veux dire, je ne remets pas en doute ce que tu ressens pour elle. Si tu as peur de la perdre c'est que tu sens l'équilibre entre vous fragile alors que je dirais que si sachant tout ce que tu fais elle reste avec toi, c'est que cet équilibre n'est en rien fragile. Elle doit énormément t'aimer et faire preuve de beaucoup de patience.
Ce n'est pas parce qu'on a peur qu'on est une personne faible et le sentiment d'être invincible et sans faiblesse ne durera jamais longtemps, il faut que tu en sois conscient pour commencer à prendre confiance. Tu as l'impression d'avoir changé et de n'avoir eu aucun point faible auparavant, mais c'est faux, tu n'en étais simplement pas conscient. Tu passais à côté de chaque chose qui aurait pu te le faire réaliser et l'amour en fait parti.
Il faudrait soit que tu t'auto coach, soit que tu te trouves un coach. Pour apprendre à vivre avec tes faiblesses tout en te rappelant que tu as des points forts, et qu'une part de toi au moins ne te laissera jamais tomber. Celle sans doute qui fait que tu n'as pas pu mettre fin à tes jours. Une forme d'instinct de survie, qui te rappelle qu'une fois mort, rien ne te garantit ce que tu trouveras après, ou même que tu trouveras quelque chose et qu'il y a quand même deux trois trucs que tu vas regretter. Tu penses réellement que c'est un manque de courage ? Je ne pense pas.
Ne modifie pas ta personnalité en fonction de ce que les gens en renvoie et essaye d'être juste toi. Tu ne te connais pas, tu ne sais pas réellement si tu es gentil, ou naïf ou méchant ou autre, alors teste tes réactions face aux situations. A partir des réactions se dessinera ta personnalité et je suppose qu'avec ça, tu pourras forger ton caractère et apprendre à te connaitre. Et quand la liste sera assez longue, évite de tout dénigrer parce que ça ne te plait pas forcément. Garde à l'esprit ce que tu aimes bien.

Tout ce que je viens d'écrire n'est qu'un pavé en vrac, de ce qui me vient à l'idée quand je lis ton topic. Ton problème n'est pas un problème de couple, mais un problème personnel. Tant que tu ne sauras pas t'aimer correctement, tu n'arriveras jamais à l'aimer comme il faut et à arrêter de t'inquiéter de tout ce que tu lui fais subir.
Je m'accepte pas, ma copine subit. 6/13 06/11/2014 à 12:53
J'ai connu une situation similaire, j'ai fait une tentative de suicide y'as deux ans avec des médicaments, j'ai fini à l'hosto... c'est pour des raisons proches, je me faisait marcher sur la gueule parce que j’étais trop gentil, j'étais très malchanceux en amour, je souffrais de solitude et d'incompréhension, je m'acceptais pas, j’étais (je suis toujours mais ça va mieux) très complexé par mon physique (c'est dur d'être le gros lard...) et je ne m'aimes pas, je n'aime pas la personne que je suis...

Je me suis rendu compte que c'était un appel au secours cette TDS, j'ai fini à l'hôpital, ils m'ont pas passé en psychiatrie parce que je leur ai dit ce qu'ils voulaient entendre et résultat y'as des problèmes que j'ai jamais réglés et qui me pourrissent encore la vie (je suis toujours aussi malchanceux en amour...) mais j'ai appris que la vie valait la peine d'être vécu, et que même si c'est dur on est encore jeune, on vivra d'autres choses, on partira de notre bled paumé qui file le cafard, et qu'il faut pas se flinguer maintenant, ça en vaux vraiment pas la peine !

Après je suis pas un exemple , j'ai mes sales penchants (usage plus que régulier de drogues, etc...) mais je pense avoir un peu remonté la pente, même si je suis toujours considéré comme dépressif

Et à propos de ta relation avec ta copine, ça m'a l'air d'être une relation attirance/répulsion entre vous deux, dans laquelle vous avez tout les deux déconné à des moments, à mon avis la solution c'est de prendre le temps tout les deux de mettre ça à plat, d'en parler à cœur ouvert et de voir si cette relation vous apporte vraiment plus de bien que de mal. Aimer c'est aussi s'exposer, c'est montrer au grand jour ses faiblesse à l'autre, et se faire accepter. Vous pourrez pas avoir une relation indéfiniment en cachant à l'autre vos faiblesses et vos "démons".

Allez courage, la vie est pas facile, mais t'es loin d'être le seul à avoir vécu ça ! Apprends à t'aimer et à t'accepter comme tu es (plus facile à dire qu'à faire je suis d'accord), y'as que comme ça que tu seras en paix avec toi même !

Je m'accepte pas, ma copine subit. 7/13 07/11/2014 à 20:20
Ok on a pas le même age donc tu vas te dire on a suremznt pas les meme problemes mais je veux essayer de t'aider. pendant un moment, toute cette année j'ai très mal vecu j'avais des histoire avec une soeur un peu plus jeune en pleine crise et ma mere ne voyais quelle jai deux petits frere ( nous sommes aussi 6 ) sauf que se sont des demis freres mais je les aimes plus que tout il sont ma raison de vivre je n'ai casi aucun contact avec mon pere... Et durant crtte periode ma mere ne les voyait que eux trois je me sentais horriblrment mal je netais jamais chez moi toujours dehors jessayer de voir le plus mon copain qui maidait enormement mais je sentait que ça le gennait pui du coups ça a mal finni jai mis du tzmps avant de men remettre ( pourtant jallais pas loin seulement en bas de mon immeuble ) mais je ne supportais plus de rester chez moi jetait la " boniche " je setvais a faire le cafe moccuper de freres ect. Mais jetais trop faible pour tennir tete a ma mere et a ma petite soeur qui me manquait sans arret de respect je voulais me suicider mais je nr voulais paq rendre triste mes freres... Puis un jour je l'ai dit a un delegué de ma classe qui l'as dit au ptof principal puis tout c enchainerjai vu la conseillere psicologue du college ou jetais et ma beaucoup aider je pense que tu dois manquer dattention et que tu dois avoir peur de taffirmer tu vas surment trouver ça yrop mais essay de voir un psychologue ça va surement tauder ;)
Je m'accepte pas, ma copine subit. 8/13 07/11/2014 à 23:21
J'ai lu toute les autres réponses qui ont été données et je pense pas que tu sois satisfait. J'imagine que tu n'attends pas de conseil genre "essaye de..; il faut que..". Si c'était juste une question de détermination tu en serais pas la (je me permets de dire ça parce que j'ai éte à ta place).
Moi le conseil que je te donne et qui est presque vitale dans ton cas c'est d'aller voir un psy. Il y a que un professionel qui puisse t'aider.
(Ps: si tu veux tu peux venir me parler en privé, il y a pas si longtemps j'étais dans ton cas et je pense pouvoir t'aider)
Je m'accepte pas, ma copine subit. 9/13 08/11/2014 à 21:52
Je pense que tu dois apprendre à accepter que par moment tu peux être faible. Ce n'est pas une tare, c'est pas honteux. Tu as le droit d'être faible, personne ne t'obliges à toujours te cacher sous une carapace ou à toujours être fort. Après,quand je parle de faiblesse, ça n'a rien à voir avec la gentillesse. Etre gentil, ce n'est pas du tout être faible. C'est une qualité. Certes parfois, peut être que tu en fait trop, mais dis-toi qu'à choisir, mieux vaut être trop gentil que l'inverse. Tu n'as pas besoin de mettre des barrières avec les gens en qui tu as confiance.

Sinon, c'est un avis totalement personnel, mais je pense que tu devrais apprendre à mesurer tes sentiments pour ta copine. Quand tu dis que tu es dépendant à elle et qu'elle est pratiquement ta seule raison de vivre, je trouve ça assez extrême à 19 ans. Je trouve ça dangereux de s'abandonner complètement à quelqu'un d'autre alors qu'on est aussi jeune. Mais bon, encore une fois ce n'est que mon opinion.
Anonyme 
Je m'accepte pas, ma copine subit. 10/13 09/11/2014 à 00:54
Merci pour vos avis, mine de rien ça m'a fait du bien de les lire. De savoir que je parle pas de mes problèmes dans le vide. ça parait tout con mais je me sens moins seul x) Et puis je prend note de chaque avis, ils m'aident tous ^^
Pour ce qui est de "mesurer mes sentiments pour ma copine" c'est en quelque sorte réglé... elle m'a quitté. Enfin, c'est tout comme... parce-qu'en fait on doit encore en reparler, mais ça s'annonce vraiment mal (et cette fois je pense que ça sera la dernière...). Avant même qu'elle ne m'en parle, aussi triste que ça puisse être, je me préparais déjà au pire. Je savais que ça arriverait alors je me forçais déjà à aller de l'avant... Histoire d'affronter ma peur avant qu'elle ne me rattrape.
Pour ce qui est de la famille, ils ne savent rien. Ils n'ont jamais pris mon histoire au sérieux alors ils font comme si je n'avais jamais été en couple. Leur dire ne servirait à rien. Ils pensent que je vais bien et c'est mieux comme ça. Tel que je les connais ils ne me prendront toujours pas au sérieux. Alors du coup, aller voir un psy, peut-être que ça m'aiderait mais je n'en sens pas le réel besoin. Et puis de leur point de vue, ça ne servirait qu'à leur faire dépenser de l'argent inutilement. Comme quand je leur ai dis les études que je voulais faire, ils m'ont engueulé en disant que je les payerais moi même.
Au final, je me retrouve seul et je me débrouillerai seul, comme je l'ai toujours fais. Peut-être qu'avec le temps ça s'arrangera, en attendant bah je vais essayer de passer à autre chose.
Pour ce qui est de savoir qui je suis, comme disait mon prof de math "c'est dans les souffrances de la vie qu'on forge sa personnalité."
Lucine 
Je m'accepte pas, ma copine subit. 11/13 09/11/2014 à 19:25
Je pense que tu dois un peu revoir ta responsabilité dans tout ça.
Et je pense que tu t'isoles plus qu'on ne t'isole. Tu aimerais que ta famille t'écoute, mais tu ne parles pas : tout ce que tu trouves à faire c'est essayer en vain de te suicider dans ta chambre. Et ça, c'est pas forcément leur faute. Tu veux que ta copine t'appartienne à vie et tu flippes ta race qu'elle trouve mieux ou qu'elle se lasse de toi : tu n'as qu'à pas lui bouffer la tête tous les 2 jours et changer de comportement comme ça te chante. Tu aimerais sortir de ta solitude : c'est à toi de te faire des amis, par tous les moyens disponibles (et ce serait de la mauvaise foi de dire que tu ne disposes d'aucun bon moyen, ou que tous les jeunes que tu croises sont trop débiles pour toi).

Bref, rien ne t'est dû, à aucun moment. A toi d'aménager ta vie comme tu le sens et t'entourer comme ça te convient. Bouge-toi.
Anonyme 
Je m'accepte pas, ma copine subit. 12/13 09/11/2014 à 20:03
Je peux pas m'empêcher de te répondre, Lucine, parce-que je ne suis pas d'accord avec tes conclusions.

Oui, je suis seul parce-que je m'isole. Parce-que personne ne me prend au sérieux ni ne me croit, alors j'ai pas d'autre choix que de m'isoler ou de venir parler ici.
Donc oui, j'aimerais que ma famille m'écoute, parce-que j'ai déjà essayer de leur parler, sans succès. Oui, je fais des tentatives de suicide dans le plus grand des secrets. C'est un choix, puisqu'ils pensent que je vais bien, je me sentirais encore plus mal de leur avouer qu'ils ont failli perdre un membre de la famille.
J'ai pas dis que je flippais que ma copine trouve mieux. Je sais à quel point je suis nul et si elle me quitte vraiment, je lui souhaite de trouver un mec bien. A préciser que je ne lui prend pas la tête tout les deux jours, mes sautes d'humeur ne sont pas fréquentes, elles sont juste explosives.
Sortir de ma solitude, me chercher des amis, me bouger... oui, bien sûr. C'est à moi de me bouger. Mais je n'invente rien. Je n'ai aucun moyen de m'en faire des nouveaux (si, internet m'aide quand même) puisque je ne vais plus en cours, je ne trouve pas de travail, crois le ou non, je ne croise pas de jeune quand je sors de chez moi. J'ai quelques amis, que je vois rarement, et quand je sors avec eux, dans un bal ou autre, on croise des gens certes... mais j'ai été en cours avec chacun d'entre eux et je les connais (pour la plupart)

Donc, je n'ai jamais dis que tout m'était dû, je fais des effort et je me bouge. Je ne poste pas pour rien, si j'avais la solution à mes problèmes aussi simplement je serais pas ici.

Cela dit, même si je ne suis pas d'accord avec toi, merci d'avoir donné ton avis, il y a certains points que je ne peux pas contredire.
Je m'accepte pas, ma copine subit. 13/13 10/11/2014 à 02:02
On s'habitue à la solitude à condition de ne pas espérer qu'elle disparaisse. Ce genre de choses est toujours plus facile à dire qu'à faire, mais il faut réussir à se rendre compte que les relations sociales ne sont pas indispensables. Ou du moins s'en convaincre. Ensuite, une fois que c'est fait, la question de la faiblesse disparait. Si tu réussis à couper toute obligation d'être en contact avec les autres, cela devient un "bonus", et non une sorte de besoin vital.
Après, il suffit de faire un effort intellectuel pour agir face aux autres de façon normale, et cela permet de régler les problèmes de faiblesse, qui n'a plus raison d'être, et solitude, qui n'est plus vécue comme telle. Qui plus est, il est plus facile de créer des relations si l'on n'a pas peur d'être ou de paraitre faible.
Cela revient, en gros, à être objectif. La solitude n'est pas mortelle, pas plus que la "faiblesse" de l'envie de ne pas être seul.
Ce que je dis est bien sûr subjectif, mais ce n'est pas pour autant que c'est forcement faux. Ce n'est par contre surement pas très clair.
Recommande ce site a tes ami(e)s | Aller en haut

Partenaires : Énigmes en ligne