Rêve. (sonnet)

Quel âge avez-vous ?

Moins de 18 ans

18 ans ou plus

_Transcendance_ Rêve. (sonnet) 16 15/08/06 à 20:49

Rêve.

A l'aurore, à l'heure où les champs brûlants se taisent
Allongé au coin de l'astre aux reflets mielleux
Et, taquinant le vent au rire fielleux
Je ravive nos feux au grand creux des mélèzes ;

J'essaime mes regrets en écho de fadaises
Pour peindre des présents sous l'orage qui pleut
Et retrace la nuit, riant du bout des yeux
A l'orée de l'amour, sous l'ardente fournaise ;

Je m'en vais déjouer, assis dans ma nacelle
Les senteurs des secrets que l'horizon recèle
Devant les dieux joueurs et le jour qui se lève ;

D'innocence griffé, sous l'aimable tutelle
J'ébauchais les espoirs en couleurs d'aquarelle
Quand l'éclair aveuglant vint tuer mon doux rêve.




Publicité



Rêve. (sonnet) 1/16 15/08/2006 à 20:51
Toujours aussi talentueuse Smile
Rêve. (sonnet) 2/16 15/08/2006 à 20:51
c'est bien, t'es contente t'as mis des jolis mots les uns après les autres Bravo
Arrow Pistolet
Rêve. (sonnet) 3/16 15/08/2006 à 21:04
Crimson Moon : Merci beaucoup, toujours un plaisir de te voir sur mes textes! Smile

Liz_35 : Neutral Il y a quelque chose qui te gêne ou c'est purement ironique?!
Rêve. (sonnet) 4/16 15/08/2006 à 21:17
Je suis désolé d'avoir été aussi crue dans mes mots
Je n'aime pas ton poème cr pour moi ce sont des mots à suivre, qui ne veulent pas dire grand chose
Rêve. (sonnet) 5/16 15/08/2006 à 21:18
D'accord Wink
Rêve. (sonnet) 6/16 15/08/2006 à 21:32
Mmm je ne sais pas trop si j'aime ou pas.
Alors, j'ai écrit et écrit, et toujours suprimmé. Trop compliqué. Bref je résume en deux fois:

D'après mes gouts: aux premiers abords, je n'aime pas trop, et puis j'ai vraiment rechercher le sens (depuis que tu as posté je le lis et relis.) Finalement j'aime bien, mais je ne comprend pas, il y a une scission entre ce que tu écris et ce que je lis. J'ai envie de dire "Tu écris juste, mais tu penses faux" réplique dans le film "Beaumarchais l'insolent".

Mais je n'ai pas le droit de dire ça pour la bonne et simple raison que je ne suis pas dans ta tete, et que finalement tu restes maitresse de ton oeuvre ^^. Et que juste parceque je ne comprend pas, je peux me permetre de juger et dire que tu as fait une erreur ? Non.

Alors comprend moi bien (et là je me suis mentit plus haut, parceque je ne peux pas faire simple et écrire "simplement" deux parties :/) c'est exelent dans la forme (et je me suis encore voilé la face, parceque finalement je ne peux pas metre d'un coté mes gouts, et d'un coté la qualité du poeme, puisque ces parties sont intimement liées :/) mais je crois que je n'aime pas trop.

Alors au final que penser ? Je crois que c'est un texte paradoxale, puisqu'i y a beaucoups d'opposition d'après moi, tu parles du beau temps, de la pluie, de l'orage et du soleil ^^. D'amour de tristesse, de futur et de passé.

En fait, là je me rend compte, que si le but de ton texte était justement de faire ressortir un paradoxe présent lorsqu'on aime, et l'épée de Damocles présente au dessus de nos tête qui nous fait nous perdre dans des reflexions interminables (toujours du à l'amour et/ou aux sentiments dans le genre..) he bien je suis réellement étonné ! Car en effet là, je suis coupé en deux.

Ca vient peut etre de moi. Je finirai par dire que: si tu as atteint ton but à travers ce texte, tu as atteint la perfection, puisque le but est au zenith et que mieux n'existe pas. Tout dépend de toi.

Un grand bravo, vraiment. je me suis perdu un instant en lisant tout ça et en cherchant !
Rêve. (sonnet) 7/16 15/08/2006 à 21:55
Je te remercie beaucoup Cyrille pour ton avis développé qui va vraiment m'aider à avancer! Smile


Je vais tâcher de m'expliquer un peu sur ce texte :

Tout d'abord j'ai hésité sur le titre. En premier lieu je voulais l'intituler "Elucubrations aporétiques". Et puis finalement je me suis dit que non, que cela allait faire trop pédant et surtout que (d'après moi) reprendre le dernier mot du poème était une meilleure idée pour semer le doute.

Ce texte repose donc sur plusieurs apories. En premier lieu celle du moment. Au début le cadre spacio-temporel est placé "à l'aurore, à l'heure où les champs brûlants se taisent" et puis finalement le narrateur "retrace la nuit" mais ceci sous "l'ardente fournaise" qui elle fait référence au midi, au zénith comme chez Friedrich Nietzsche où ce moment de la journée est celui des révélations et du lever du voile. Mais ce temps imprécis qui finalement est qualifié en dernier lieu de "lever du jour" est transpercé également d'éclairs, ce qui traduit en quelque sorte un "trop plein" céleste, comme si le ciel montrait lui aussi une grande incertitude et un questionnement incessant. Et j'ai repris cette idée en parlant du "vent au rire fielleux" que je voulais être une périphrase des éclairs.

De plus, tu as tout à fait compris l'idée du passé qui se mêlait au présent mais également à l'avenir puisque bien que le narrateur ravive les feux d'un amour enterré, il disperce ses regrets et vit dans le présent. Son amour déchus lui inspire de la mélancolie aussi bien que de la nostalie mais l'aide également à avancer et à construire son présent, ceci étant montré dans le deuxième quatrain ou le narrateur se trouve "à l'orée de l'amour" mais donc plus dans l'amour en lui-même. Et le futur est présenté implicitement dans les deux tercets où le personnage s'envole vers des grandeurs transcendantes et invisibles.

Ensuite, j'ai voulu mettre en valeur le paradoxe par la contradiction sur la position du personnage. Celui-ci est d'abord "allongé" mais s'en va brusquement "dans sa nacelle" ce qui laisse penser qu'il est soit en l'air soit sur l'eau.

Mais, finalement, toute cette mise en scène surréaliste se révèle n'être qu'un simple rêve, comme une envolée onirique qui prendrait promptement fin sans explications pour semer le doute.
En fait c'est un peu moi que j'ai mis dans ce texte... L'innocence du rêve et l'ivresse de la transcendance se mêlant à la triste réalité, monotone et fade, deux mondes opposés qui se croisent et qui se touchent presque mais qui reposent malheureusement sur un triste paradoxe...
Rêve. (sonnet) 8/16 16/08/2006 à 01:00
J'aime beaucoup l'explication.
Rêve. (sonnet) 9/16 16/08/2006 à 14:23
Merci Smile
Rêve. (sonnet) 10/16 16/08/2006 à 14:59
Très joli poème et merci de l'explication, c'est beaucoup plus clair ainsi ! Mais le but du poème est aussi de faire rêver alors il ne faut pas tjt absolument chercher le sens... il faut aussi se laisser aller à son imagination ! ^^ Bravo
Rêve. (sonnet) 11/16 16/08/2006 à 15:20
Merci beaucoup Calo_J_Fame! Smile Effectivement, l'essentiel est de se laisser porter par l'imagination et le rêve! Si j'ai mis cette explication c'était pour éclaircir Cyrilleee sur le sens précis de ce poème Wink
lynki 
Rêve. (sonnet) 12/16 16/08/2006 à 15:33
J'aime pas.Et je suis du meme avis que Liz_35.Tu alignes les mots,certes, avec facilité, mais ton texte en lui-meme manque de sens. On a l'impression de lire une page d'un dictionnaire, les mots sont là mais on n'arrive pas à s'imaginer le décor.Je trouve la citation "Tu écris juste, mais tu penses faux" de Cyrilleee assez appropriée.
Bravo quand meme.
Rêve. (sonnet) 13/16 16/08/2006 à 15:52
Merci pour ton avis Smile Pour le sens, voir l'explication, mais il est vrai que la façon dont je perçois mon texte est certainement peu perceptible car mal explicitée. Je m'en excuse, j'essayerai dorénavant de mieux planter le décor dans mes prochains textes Wink
Rêve. (sonnet) 14/16 26/08/2006 à 17:22
Up pour un poéme qu'on ne comprend qu'a travers une confusion aporétique et une réflexion intense de cette élucubration poétique... Very Happy

Une confusion maitrisée que je trouve sublime !
Rêve. (sonnet) 15/16 26/08/2006 à 21:36
Déjà, pour tous ceux qui sont incapables de surmonter la moindre métaphore ou la moindre allégorie, il reste la petite croix en haut à droite pour s'enfuir^^

Ensuite, c'est un bon sonnet, bien développé et bien construit. Enfin, évidemment, sur ce site, dès qu'il faut aller au-delà de ce que disent les mots, dans l'abstrait et dans ce qu'est le vrai ressentiment, dès que l'on sort du concret et de son absurdité quotidienne, alors on ne trouve plus d'autre réponse que l'incompréhension et le rejet certain des âmes sans valeur!

Liz_35 Arrow Et après tu oses critiquer ma rudesse? Et après tu oses la ramener lorsque je dis quelque chose qui ne te convient pas? Mais, ma pauvre, il faut te faire soigner... Et ce sujet est la preuve que tu fais partie de ce genre de personnes, que l'on peut qualifier, avec certitude, d'hypocrites. Mr. Green Bref, tu connais la sortie^^
Rêve. (sonnet) 16/16 26/08/2006 à 21:56
Quelle agréable surprise de voir ce vieux topic déterré des décombres Smile

Merci Bloblo, je suis touchée que mon sonnet te plaise cher confrère de plume!

Ludo : J'avoue que ton commentaire m'a bien fait rire ^^ Non seulement je suis très flatté qu'un aussi bon poète apprécie mon texte, mais surtout je suis heureuse de voir mon avis partagé! Innocent
Recommande ce site a tes ami(e)s | Aller en haut

Partenaires : Énigmes en ligne