La contraception

Dans la société française du XXI° siècle, la sexualité n'est plus tabou, on en parle naturellement. Cependant, même si le taux d' IVG (interruption volontaire de grossesse) à baissé, il reste particulièrement important malgré tous les moyens de contracep


Par Latchote, 32 ans
Ajouté le 23/01/2006
Article lu 3830 fois
Il y a 0 commentaire
Révolution chez les contraceptifs
[pubr]Depuis quelques années, l'implant contraceptif était présent en Europe et, depuis mai 2001, il est arrivé en France. Il s'agit d'un bâtonnet que l'on glisse sous la peau de la face interne de l'avant bras (le tube n'étant pas microscopique, l'implant se fait sous anesthésie locale), provoquant une libération continue d'hormones dans le sang ce qui bloque l'ovulation. L'implant contraceptif est garantit efficace à 100% pendant 3 ans cependant, il est surtout conseillé en cas de :
-prise de pilule ou de stérilet déconseillé
-prise importante de tabac
-oubli régulier de la pilule
-IVG fréquents
De plus, il ne revient pas plus cher que la pilule pendant 3 ans. En effet, même s'il coûte 138 euros, il est remboursé à 65% par la sécurité sociale. Cependant il peut aussi présenter les même désavantages que certaines pilules : dérèglement du cycle, règles plus abondantes ou disparaissant, saignement en dehors des règles, vomissements, migraines…
Dans le même style de contraceptif, il y a aussi le patch contraceptif qui est cutané et libère aussi des hormones qui empêchent l'ovulation.

Les contraceptifs les plus utilisés
La pilule est le moyen de contraception le plus utilisé en France. Ce contraceptif nécessite une ordonnance et un suivit médical.
Il existe deux sortes de pilules :
-celles qui empêchent l'ovulation. Les règles apparaissent donc lors de l'arrêt de prise la pilule pendant une semaine.
-Les micros pilules, elles, n'agissent que sur la glaire présente au niveau du col utérin et qui reste donc impropre aux spermatozoïdes. La dentelle utérine se développe peu donc en cas de fécondation, l'embryon ne pourra pas se développer. La pilule est le contraceptif le plus efficace mais il nécessite une rigueur au niveau de la prise quotidienne pour éviter toute grossesse non désirée. Car en effet, on observe, une augmentation d'IVG en France. Le second moyen de contraception le plus utilisé est le préservatif (masculin et féminin). En effet, 80% des premiers rapports se font avec un préservatif.
Les préservatifs masculins ou féminins ont tous deux la même fonction. Ce sont des contraceptifs efficaces et très rependu qui protègent contre les IST (infections sexuellement transmissibles) en effet, la prise de préservatif, c'est être responsable, c'est une protection pour soi et pour la (le) partenaire. C'est aussi faire preuve de respect envers l'autre. Cependant, le préservatif masculin (le féminin étant souvent une alternative au préservatif masculin, notamment en cas d'allergies au latex) nécessite le respect à certaines règles :
-Il n'est pas forcément facile de mettre un préservatif la première fois donc, pour ne pas sentir embarrassé, il vaut mieux s'exercer à en mettre avant le moment fatidique.
-Il arrive parfois que le préservatif se déchire. Donc, pour éviter le plus possible l'accident il est conseillé d ‘évacuer l'air du réservoir en le serrant entre deux doigts.
-Après éjaculation, il faut se retirer avant la fin de l'érection (car la taille du pénis diminue) afin de garder le préservatif en place.
-Il est surtout très important de lire la notice d'utilisation.
Ensuite il y a le stérilet qui est un peu moins rependu mais qui est quand même beaucoup utilisé. Le stérilet est mis en place par un gynécologue dans l'utérus. Il bloque l'accès des trompes aux spermatozoïdes, il n'a pas d'action sur le cycle mensuel, ni sur l'ovulation. Cependant, il y a un risque (minime) d'infection, donc il est important d'être suivi par un médecin et il est déconseillé aux femmes n'ayant pas encore eu d'enfants.
Enfin, il y a l'anneau contraceptif qui se glisse dans le vagin comme un tampon et libère des hormones dans le sang pour bloquer l'ovulation. Il est efficace pendant trois semaines et fonctionnant comme une pilule, il ne possède pas les désavantages de la rigueur de la prise.

Autres méthodes de contraception moins rependues.
Actuellement, 2% des couples utilisent la méthode dîtes de « retrait » avant éjaculation.
C'est une méthode représentant beaucoup de risques car l'homme ne peut pas forcément toujours se « retirer ». De plus, elle est très contraignante car chez l'homme, la vie sexuelle est très importante pour l'équilibre psychologique et ne pas arriver à l'orgasme peut avoir quelques choses d'assez frustrant.
Une autre méthode tout aussi peu fiable peut aussi être utilisée. C'est la méthode dîtes des température. Cette ancienne méthode consiste à étudier la température de la femme. En effet, dans le cas général les femmes ont une température corporelle inférieure à 37 °et, elle est légèrement supérieure à 37 ° lors de l'ovulation. Cependant, avec ce type de contraception, les rapports sexuels sont peu fréquents. En effet, il faut prendre en compte qu'un spermatozoïde vit environ 5 jours et qu'un ovule vit jusqu'à 2 jours. De plus on ne peut pas savoir exactement combien de jours après les règles a lieu l'ovulation.
Il existe enfin une dernière méthode qui elle est radicale, c'est la stérilisation. Ce n'est pas une contraception très rependue car elle n'est pas réversible. Elle est utilisé en dernier recours lorsque le couple est sûr à 100% qu'il ne veut plus ou pas d'enfants.

La contraception d'urgence.
Elle est utilisée après un rapport sexuel éventuellement fécondant. Cette contraception d'urgence, c'est la « pilule du lendemain ». Elle doit être prise au maximum 72 heures après le rapport à risque cependant, elle est plus efficace les 12 premières heures.
Cette pilule libère beaucoup d'hormones dans le sang, ce qui dérègle et rend l'utérus impropre à tout embryon (certaines filles peuvent être légèrement malade lors de la prise de cette pilule). Lors d'un rapport sexuel sans protection (52% des cas), après l'oubli de la pilule (6% des cas) ou avec un accident au niveau du préservatif (42% des cas), il ne faut pas hésiter à prendre cette contraception d'urgence, elle est gratuite pour les mineures.
Cependant la « la pilule du lendemain » ne doit pas être utilisée comme une méthode de contraception car elle pourrait provoquer des saignements en dehors des règles, arrêter les règles… Et à la fin, on ne saurait pas si la pilule a fonctionné ou pas.

Si vous ne savez pas quelle contraception prendre, il faut demander à un médecin, cela fait partit de son travail.

Recommande ce site a tes ami(e)s | Aller en haut

Partenaires : Énigmes en ligne